La plateforme « masques-pme.laposte.fr » est lancée

La plateforme « masques-pme.laposte.fr » est désormais accessible aux associations employant des salariés, aux micro-entrepreneurs, aux professions libérales et agricoles.

Pour assurer la commercialisation et la distribution des 10 millions de masques, le secrétariat d’Etat auprès du ministre de l’Economie et des Finances, via la Direction générale des entreprises (DGE), s’appuie sur l’infrastructure logistique de La Poste qui met en place, avec l’expertise de sa filiale numérique Docaposte, un dispositif complet comprenant l’achat et le paiement en ligne, la préparation des commandes et la livraison sur site.

Rendez-vous sur le site masques-pme.laposte.fr pour vos achats de masques : CLIQUEZ ICI

Rendez-vous sur le site La Poste Professionnel pour tous les autres produits de protection: CLIQUEZ ICI

Si vous produisez des masques ou d’autres protections, référencez-vous directement sur l’interface dédiée sur le site du Groupe La Poste (CLIQUEZ ICI) / famille achat : moyens généraux / catégorie EPI ou Habillement.

Le Diagnostic numérique handicap

L’AGEFIPH, en partenariat avec HANDECO, l’UNEA, le Réseau Gesat et CGI présentent le programme intitulé « le diagnostic numérique handicap » qui propose aux entreprises un service pour répondre à leurs besoins croissants de compétences dans les métiers de l’IT et du numérique, leur obligation en matière d’emploi de travailleurs handicapés et leurs enjeux en RSE.

Handeco accompagnera Pole Emploi pour le déploiement de ce projet de recrutement

Plus d’informations sur : agefiph.fr/DNH

Les kits de désinfection Christeyns par Saprena

SAPRENA est une entreprise adaptée. 80% des 400 salariés sont des travailleurs en situation de handicap. Pendant le confinement, cette entreprise de Bouaye conditionne 90 000 flacons par semaine de gel hydro-alcoolique dans une usine de Vertou, près de Nantes. En collaboration avec l’entreprise belge Christeyns, ils ont développé une nouvelle gamme de petits flacons de 50 ml pour leurs kits de désinfection.

Article complet : https://www.francebleu.fr/infos/economie-social/la-relance-eco-a-bouaye-saprena-conditionne-du-gel-hydro-alcoolique-1589316961

Le Report des Handiformelles et le lancement officiel de HandiHA.com

Les HandiFormelles ne reviendront pas cette année, mais HandiHA sera bien là !

Comme d’autres organisations, nous avons pris la bien difficile décision de reporter notre événement annuel de rentrée « Les HandiFormelles ».

En effet, cette crise sanitaire sans précédent ne nous permet pas de préparer cet événementiel dans les meilleures conditions et sans doute de vous accueillir de la meilleure des façons.

Nous souhaitons vous faire prendre aucun risque et vous donnons rendez-vous en 2021 !

Par contre, retenez d’ores et déjà la seconde édition de HandiHA.com, LE salon national annuel en ligne dédié aux achats solidaires et aux entreprises inclusives, que nous organisons du 1er au 15 décembre prochain. Une opportunité unique de mettre en relation donneurs d’ordres et fournisseurs ESAT, EA et  TIH et de sensibiliser vos équipes autour de l’emploi indirect !

www.handiHA.com

Le Mot du Dirigeant, Entreprise Adaptée DSI

« Je fais le vœu que la valeur travail reprenne toute sa place »

Interview de Jean-Louis Ribes, gérant et fondateur de l’entreprise adaptée DSI.

Dans cette période inédite et au combien difficile, nous avons fait, HANDECO, le choix de donner la parole aux professionnels du champ médico-social et de l’emploi pour nous faire part de leur situation,de leurs craintes et de leurs espoirs, et de renvoyer notre lecteur aux sites officiels principaux, les seuls à mêmes de vous donner l’information la plus actualisée possible.

Bonjour Monsieur Ribes,

Et tout d’abord comment allez-vous, vous-même et vos proches ?

Ma famille, mes proches et l’ensemble des collaborateurs et des collaboratrices de DSI se portent physiquement plutôt bien. Nous constatons très peu de cas de coronavirus au sein de notre entreprise.

Moralement, c’est autre chose ! Cette crise laisse beaucoup d’interrogations sans réponse et atteint les plus fragiles d’entre nous, directement sur leur santé. Et il s’agit souvent de personnes qui souffrent d’isolement et se posent de nombreuses questions sur leur avenir professionnel.

Présentez-nous DSI, la plus importante Entreprise Adaptée de France en effectif, 1 100 salariés.

Une précision avant tout : DSI est sans doute la plus importante Entreprise Adaptée privée de France, mais dans le monde associatif notamment, AFP Entreprises est bien plus conséquente en nombre d’établissements et en nombre de salariés. DSI jusqu’à ce jour connaît un développement à 2 chiffres depuis sa création en 1994. Nous privilégions la création d’emplois plutôt durables et qualifiants. DSI est présente dans 6 régions : Occitanie, Nouvelle Aquitaine, Pays de Loire, Île de France, Auvergne, Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d’Azur. Nous intervenons dans divers secteurs de l’Industrie et du Service, avec une gamme de plus de 120 métiers, et depuis peu dans le secteur de la restauration collective, avec la reprise de l’Entreprise Adaptée bordelaise « Envol ».

L’ensemble des équipes de DSI est fortement mobilisée par la création d’emplois. Cela nous pousse à prendre de nouveaux marchés, donc de nouveaux risques.

Donnez-nous des nouvelles vos salariés handicapés ?

L’équipe de DSI va plutôt bien, merci. Je vous le disais en introduction, il faut beaucoup d’énergie pour faire face, durant cette période où nous avons à nous préoccuper de l’ensemble du personnel sur l’ensemble de nos sites :

  • Visioconférences, appels téléphoniques
  • Programme de formation, soutien individualisé

Nous ne laissons aucun salarié sans nouvelle.

Quelles mesures avez-vous prises depuis le début de cette pandémie ? 

Des mesures de bienveillance, de réconfort, de prudence.

Nous avons, avec l’équipe des Ressources Humaines, l’Accompagnement Social et l’ensemble des Managers, un suivi extrêmement régulier de nos équipes qui sont en poste ou encore des salariés qui sont confinés à domicile. Nous sommes là pour les rassurer et pour ce faire, nous utilisons plusieurs outils. Le numérique joue un rôle extrêmement précieux dans ces périodes de confinement, non seulement pour poursuivre notre activité, mais également pour conserver le lien avec l’ensemble des Femmes et des Hommes de DSI.

Vous êtes situés à Toulouse, et un grand sous-traitant de l’industrie aéronautique ? Quel est l’impact du coronavirus et de cette crise sanitaire mondiale sur votre activité ?

Nous sommes effectivement un sous-traitant de l’Aéronautique. L’impact du coronavirus est sismique, nous ne savons absolument pas où mettre les pieds. J’imagine que cela doit ressembler à une secousse magnitude 12 sur l’échelle de Richter. Nous ne savons absolument pas ce qu’il faut faire.

L’ensemble du monde Aéronautique est concerné : les avionneurs, les équipementiers, les compagnies aériennes et bien sûr par voie de conséquence l’ensemble du tissu Industriel.

Comment passer cette période ? Comment va réagir le monde après cette crise ? Comment vont s’organiser les nouveaux échanges ? Comment vont réagir les marchés, les commandes des compagnies aériennes ?

Nous n’en savons rien. Les chaînes sont soit à l’arrêt, soit à 10 ou à 20 % de leur production.

De quoi manquez-vous aujourd’hui, et de quoi auriez-vous besoin ?

Nous manquons cruellement de charge de travail, de visibilité à court et moyen termes, d’un nouvel horizon. Nous avons besoin d’un « moral à toute épreuve ».

Quel message souhaitez-vous transmettre à nos lecteurs ?

Une très bonne santé, de la prudence et beaucoup d’espoir. C’est dans l’épreuve que nous sommes obligés d’aller chercher de nouvelles ressources, notre capacité à nous adapter, à réagir, beaucoup de solidarité et de bienveillance. Nous devons et allons y arriver tous ensemble.

Quel message souhaitez-vous transmettre à nos gouvernants?

Ils font beaucoup. Je vois qu’il y a de très nombreuses initiatives, dont une que nous devons particulièrement saluer, celle de notre Haut-Commissaire Haut-commissaire à l’inclusion dans l’emploi et à l’engagement des entreprises : Thibaut Guilluy.

« La France une chance » avec son projet « Résilience » et la fabrication de masques made in France. J’espère que cette période permettra de démontrer que nous pouvons réindustrialiser la France. Je fais le vœu que la valeur travail reprenne toute sa place. Nous devons donner envie de créer de l’espoir, de la reconnaissance et le travail est un excellent vecteur pour cela. Nous devons donc réindustrialiser avec de la proximité, de l’envie et la fierté de fabriquer français.

Vous savez, l’Entreprise Adaptée est un modèle d’agilité depuis plusieurs décennies. Nous nous adaptons et relevons de nombreux défis. Celui-ci est très difficile et nous allons nous attacher à le relever une fois encore.

*Interview réalisée le 30 avril 2020


Visières protection « COVID-19 » par Apysa

Créateur de conditionnement sur-mesure, APYSA est une Entreprise Adapté installée en Vendée, spécialisée dans le design packaging, le prototypage et la fabrication en séries.

Afin de répondre aux besoins des professionnels (hôpitaux, EHPAD, commerçants, entreprises, industries…) liés au contexte du COVID-19, APYSA a lancé la fabrication de visières de protection 100% françaises et locales.

En 4 jours, une ligne de production avec une capacité de 20 000 visières jours a été mise en place. Cette visière est compatible avec des lunettes ou un masque FFP2. Confort d’utilisation pour un usage prolongé.

En savoir plus : https://annu.handeco.org/web/Fiche/6389

Sources : https://www.facebook.com/apysa.fr/

Crédits photographiques Eddy Riviere

Nouveau filtre de recherche « CDD tremplins » sur l’annuaire Handeco

Le CDD tremplin est une des deux expérimentations proposées dans le plan « Engagement National : Cap vers l’entreprise inclusive 2018 – 2022 », permettant aux Entreprises Adaptées de renforcer la réponse accompagnée des personnes en situation de handicap vers l’emploi durable.

Le CDD tremplin, qu’est ce que c’est ?

Le contrat à durée déterminée tremplin : un nouveau contrat de 24 mois maximum, permettant aux personnes handicapées d’acquérir une expérience professionnelle les conduisant vers l’emploi durable.

Handeco ajoute un filtre à son annuaire afin de vous aider à identifier facilement les Entreprises Adaptées habilitées à participer à l’expérimentation du CDD Tremplin.

Pour avoir accès à cette nouvelle donnée, contactez notre équipe : contact@handeco.org


Le Mot du Dirigeant, Fondation ANAIS

Interview de Pascal BRUEL, Président du Directoire de la Fondation ANAIS

Interview réalisée le 3 avril 2020.

« Dans cette période inédite et au combien difficile, nous avons fait, HANDECO, le choix de donner la parole aux professionnels du champ médico-social et de l’emploi pour nous faire part de leur situation,de leurs craintes et de leurs espoirs, et de renvoyer notre lecteur aux sites officiels principaux, les seuls à mêmes de vous donner l’information la plus actualisée possible »

Bonjour Monsieur Bruel,

Et tout d’abord comment allez-vous, vous-même et vos proches ?

Dans ce contexte de crise sanitaire sans précédent, je vis la situation avec le souci permanent d’apporter la réponse la plus adéquate pour les personnes accompagnées par la Fondation ANAIS, pour nos professionnels et pour l’activité économique de notre secteur du travail protégé et adapté.

Avec un collectif professionnel d’hommes et de femmes engagés et mes proches collaborateurs, nous sommes mobilisés pour protéger les personnes les plus fragiles dans ces conditions particulièrement difficiles.

Présentez-nous la Fondation ANAIS

La Fondation ANAIS accompagne les parcours de vie des personnes en situation de handicap ou de dépendance depuis 1954. Les typologies de handicaps accueillis sont : déficience intellectuelle, affection de la santé mentale, autisme, polyhandicap et handicaps associés. Nous disposons de 4000 places d’accueil permanentes pour une centaine d’établissements et services répartis sur 14 départements et 5 régions. Notre accompagnement est segmenté en deux grands axes : ANAIS Médico-social, avec 4 domaines (enfance et éducation spécialisée, habitat et vie sociale, thérapeutique et soins, personnes âgées), et ANAIS Entreprise au service de l’insertion professionnelle des personnes en situation de handicap.

ANAIS Entreprise œuvre aujourd’hui au travers de ses 11 Entreprises Adaptées et 15 ESAT, et compte 1600 travailleurs en situation de handicap. Nous y mettons en place une véritable stratégie d’investissement technique et humain afin de moderniser nos offres, nous ouvrir à des métiers nouveaux, en adéquation avec les besoins des entreprises, et développer en interne les compétences associées.

Donnez-nous des nouvelles de vos travailleurs d’ESAT et de vos salariés d’EA

Pour la Fondation ANAIS, il était essentiel que les mesures à appliquer dans le cadre du Covid-19 pour la mise en sécurité des personnes prennent aussi en compte leur équilibre de vie et leur bien-être psychologique. Pour cela nous n’avons pas opéré de fermeture d’ESAT. Nous avons laissé aux travailleurs n’ayant pas de risque pathologique et ne prenant pas les transports en commun, le choix de venir ou non travailler. Certaines productions réalisées sont nécessaires dans la situation actuelle, comme le conditionnement de gel hydroalcoolique. D’autres sont nécessaires à l’accompagnement des personnes accueillies dans l’esprit du maintien du lien social et de prévention de la rupture de parcours. Évidemment nous avons aménagé les conditions de travail pour respecter les mesures barrières (espacement des postes de travail…).

Le 18 mars, un quart des travailleurs d’ESAT était présent. Aujourd’hui, avec le renforcement des mesures et des évaluations des risques, ils ne sont plus que 5%. La majorité reste donc à domicile.

Pour les Entreprises Adaptées, chaque directeur fait une analyse de ses commandes et de ses marchés, en relation avec la décision de ses clients de poursuivre ou non leurs activités, de sorte à décider le maintien des activités et le recours éventuel au chômage partiel.

Et vos propres salariés ? Quelles mesures avez-vous prises depuis le début de cette pandémie ?

De manière générale nous adaptons nos rythmes de fonctionnement avec le surcroît de charge que cette pandémie provoque.

Nos salariés sont confrontés à deux cas de figure : soit des situations de confinement de nos résidents, soit des retours à domicile d’usagers.

Dans le premier cas, nous avons renforcé les mesures barrières et la « distanciation sociale » visant à limiter la contamination interhumaine. Les sorties collectives, les rassemblements, les réunions et les visites en structure ont été interdits. Nous procédons également à une surveillance régulière des usagers et des professionnels (prises de température…).

Dans le second cas, qui concerne nos salariés d’ESAT, il est essentiel d’assurer la continuité de l’accompagnement. Nos structures restent actives pour répondre aux besoins des usagers confinés à domicile. Le périmètre de travail de nos professionnels a donc évolué. Ils sont mobilisés pour maintenir le lien avec les travailleurs et éviter leur isolement social. Une prise de contact par téléphone est faite de façon périodique afin d’évaluer la situation et apporter des réponses personnalisées. Ensuite, l’accompagnement peut être fait par le biais d’une visite à domicile ou à distance. Nous essayons d’être inventifs dans le développement d’outils numériques, pour maintenir les échanges avec les usagers et les familles.

A date, 60% de nos salariés d’ESAT sont présents, un chiffre qui varie selon les zones géographiques et est amené à évoluer selon la propagation à venir du virus.

Quel est l’impact du coronavirus dans vos établissements ?

En tant que structure médico-sociale nous sommes particulièrement impactés. L’ampleur de la crise sanitaire actuelle et les mesures de confinement mises en place représentent un réel défi au quotidien pour chacun d’entre nous. Mais je voudrais reconnaître l’action et le soutien des pouvoirs publics et les prises de décision du gouvernement pour accompagner notamment toutes les entreprises y compris celles des secteurs protégé et adapté.

De quoi manquez-vous aujourd’hui, et de quoi auriez-vous besoin ?

La Fondation ANAIS a besoin des équipements barrières nécessaires pour assurer l’accompagnement sécurisé des personnes les plus vulnérables en situation de médicalisation ou de dépendance accueillies et de leurs familles, et protéger nos professionnels : masques, gels hydroalcooliques, surblouses, lunettes, sur-lunettes, possibilités de dépister… J’en profite pour lancer un appel aux dons. Vous pouvez retrouver la liste de nos établissements sur notre site www.fondation-anais.org et si vous le pouvez, leur faire don du matériel nécessaire. Merci.

Quel message souhaitez-vous transmettre à nos lecteurs ?

Je souhaiterais souligner l’engagement exemplaire des professionnels du champ médico-social et notamment de ceux de la Fondation ANAIS. Le travail qu’ils accomplissent de façon individuelle et collective, traduit par des actes les valeurs historiques de notre Fondation : l’esprit de solidarité et d’entraide. Ils remplissent avec détermination et fierté notre mission d’utilité publique. Je leur en suis très reconnaissant.

Merci pour votre temps et vos précieuses informations M. Bruel. Nous vous souhaitons plein de courage et une totale réussite dans vos actions !

Retrouvez toutes les mesures et tous les documents qui peuvent vous être utiles pendant cette crise.

Les mesures immédiates de soutien aux entreprises, entreprises adaptées, indépendants et microentreprises (TPE, micro, TIH)

https://www.urssaf.fr/portail/home/actualites/foire-aux-questions.html

Mesures pour les personnes en situation de handicap

https://handicap.gouv.fr/grands-dossiers/coronavirus/article/coronavirus-covid-19-mesures-pour-les-personnes-en-situation-de-handicap

Forum d’échanges

Pour les adultes et enfants en situation de handicap, la famille et les proches aidants, les professionnels médico-sociaux :

https://handicap.gouv.fr/grands-dossiers/coronavirus/article/foire-aux-questions

Les communiqués de presse

Mesures relatives aux Maisons départementales des personnes handicapées

Mesures relatives aux personnes en situation de handicap actualisées suite aux déclarations du Premier ministre

Le mot de l’acheteur responsable de l’année, Sodexo France

Jean-Michel NOËL, Responsable régional Achats SODEXO, élu Acheteur Responsable de l’année aux HandiFormelles 2019

Il revient avec nous sur son expérience :

« Un moment fort d’échange, à vivre à tout prix »

1/ Vous êtes le 1er lauréat du Trophée de l’acheteur de l’année Handeco 2019, pouvez-vous présenter ?

Je suis responsable régional achats pour la Bretagne, les Pays de Loire et la Normandie. Je suis aussi coordinateur national pour les achats bio. J’ai le plaisir de travailler dans le groupe Sodexo depuis 28 ans, où j’ai exercé plusieurs missions opérationnelles qui m’aident dans mon poste actuel.

2/ Pouvez-vous nous décrire la prestation qui a été primée ? 

Le service achats et les équipes Sodexo ont apporté leur savoir-faire et soutenu le projet de création d’un atelier de fabrication de produits laitiers à la ferme de l’ESAT de Béthanie. Nous avons aussi accompagné la commercialisation avec nos distributeurs, pour développer les ventes.

3/ Quels bénéfices retirez-vous de votre collaboration avec l’ESAT de Béthanie ?

Cette opération renforce le partenariat avec notre client et propose de nouvelles perspectives d’emploi avec cet atelier, en plus de proposer de bons produits fermiers à nos convives. C’est notre mission d’apporter des solutions de qualité de vie chez nos clients et leur communauté.

4/ Était-ce une belle expérience personnelle ?

Le montage de ce dossier a été un travail collectif et collaboratif sur plusieurs années. Nous apprenons tous les jours de nos expériences professionnelles. Travailler sur des sujets de RSE comme celui-ci est extrêmement enrichissant. Et le trophée une consécration, partagée avec l’équipe.

5/ Comment pourriez-vous convaincre vos pairs de participer au trophée 2020 ?

La candidature à ce trophée demande une réflexion sur soi, et sur son implication dans des projets qui portent des valeurs positives. En cela, c’est déjà une aventure personnelle et collective. La cérémonie est aussi un moment fort d’échange, à vivre à tout prix. Engagez-vous !